Archives de Catégorie: Chronique d’un curé de bord de mer

La propagation d’une onde

Jean Baptiste est une voix qui crie dans le désert. Voici comment il se définit devant ceux qui, déjà, commencent le procès du Christ. Une voix, une onde qui porte le message d’un autre : celui de Dieu, Verbe fait chair.

Cette Parole, je l’ai parfois accueilli au milieu d’une foule de plus de 2 millions de jeunes. Mais aussi au coeur de tout petits groupes, . Vendredi soir, dans la nuit d’un petit bourg bien calme, nous étions 7 chrétiens, rassemblés dans la salle paroissiale de l’Ange Gardien. Une lumière sur la table, un crayon à la main, et une heure devant nous pour accueillir, méditer, prier, partager cette Parole. Temps de grâce.

Merci Seigneur. L’onde provoquée par Jean le Baptiste n’a pas fini de parcourir la terre !

Publicités

Temps de la renaissance

Alors que la nuit tombe, les premières lueurs d’une nouvelle année apparaissent. Le 1er dimanche de l’Avent est là. 
Temps des recommencements
Temps de la renaissance

 

Et pour commencer cette nouvelle année, je viens de baptiser Marie-Gabrielle, me donnant la joie de retrouver tout plein de visages cherbourgeois.
 
Et pour commencer cette nouvelle année, l’envie me prend de faire une petite visite à mon blog très endormi. C’est l’époque des bonnes résolutions (la nouvelle année et une semaine de retraite en Foyer de Charité)….  alors pourquoi pas le réveiller !! mais bon, vais-je m’y tenir … ?
En tout cas, j’essaie !!
 

Un carême qui file bien vite…

La tension monte, la semaine tant attendue arrive, l’ultime fête, sommet de toute l’année est tout proche.

Et le coup d’oeil dans le rétroviseur me dit que bien des évènements se sont passés sur la paroisse durant ces presque 40 jours.

Cela commençait douloureusement avec la mort d’Adrien, paroissien actif, apprécié de tout le monde, président de la Saint Pairaise, l’association qui gère si bien le patrimoine immobilier de la paroisse. J’étais encore à la montagne, loin de ma paroisse et de ses proches.

Et puis les rencontres se sont succédées…. Pour notre préparation pascale : les temps de partage de la Parole se succèdent dans les différentes communautés, toujours occasion d’échanges simples et beaux entre nous , la soirée « Change ton coeur » hier soir : quand on essaie d’appliquer certaines recettes des jeunes pour les adultes et les moins jeunes ! Et bien, ça marche ! Une belle soirée qui a permis à certains(es) de retrouver le chemin de la réconciliation…

Pour la Saint Pairaise : l’Assemblée Générale, convoquée par Adrien eut lieu, suivie d’un nouveau Conseil d’Administration : c’est que la vie continue et il fallait retrouver rapidement un président. Merci à Gérard d’avoir accepté de prendre la relève. D’autant que nous apprenons la fermeture de l’école Sainte Marie. Les temps sont difficiles pour les saint pairais…

Pour le Journal paroissial, nouvelle mouture : à force de rencontres, de relecture, de re-relecture, il est enfin sorti ! Les 75  diffuseurs bénévoles sont partis arpenter les rues et les villages de la paroisse pour le déposer dans toutes les boites aux lettres (enfin presque, il manque des exemplaires !) Un nouveau challenge, mais qui a bien mobilisé les paroisiens. Merci à chacun !!!

Et nous voilà presque prêt pour Pâques. Bientot. Vite.

Mais pourquoi ils veulent nous marier ???

Comme je viens de le lire sur le padreblog, y en a marre de tous ces gens qui veulent absolument nous marier, nous les prêtres. En quoi cela peut-il géner ceux qui ne sont pas concernés que nous soyons célibataires ?

Les journaux aiment faire leurs « une » sur la vie cachée de ces prêtres qui vivent avec une femme, les sondages nous disent qu’une majorité aimerait que nous soyons mariés, et vous voyez bien, il y en a plein qui partent pour se marier ! Plein ? Pas si sur…

Mais vous savez, quand même, un prêtre marié comprendrait mieux les couples et les familles. Ok, mais alors il faudrait que nous soyons également et simultanément jeunes, bébés, vieillards, malades, chomeurs-directeurs de PME-fonctionnaires-agriculteurs, athés, hyper cathos, papophobes et papophiles, pauvres, riches, bourgeois… Et quoi encore ? Et quid des divorcés alors ?? Ilm faudrait que je devienne prêtre marié-divorcé…. Le degré de compréhension se mesure-t-il dans le fait de vivre dans la même situation ou dans la capacité d’écoute et d’empathie ?

Mais vous savez, quand même, un prêtre marié ne pourrait plus être pédophile. Parce que bien évidement, ce crime est réservé aux prêtres-célibataires-sans enfants ! Les humoristes (qui ceux-là, ne me font plus rire du tout) en sont convaincus. Mais malheureusement, d’honorables pères de famille et d’époux attentifs en sont également coupables !

Et puis, vous savez, quand même, un prêtre marié ne sombrerait pas dans les angoisses de la solitude.

Mais arrêtez donc ! Je suis un prêtre célibataire et heureux de l’être, comme la plupart de mes confrères. Nous avons fait un choix. Il y a 21 ans pour moi lors de mon ordination diaconale. J’ai pris le temps de murir cette décision, j’ai vu mes meilleurs potes et amies d’enfance se marier et construire leur famille. Bien sur que cela me posait question parce que tout choix est aussi renoncement, et alors, est-ce pour autant invivable ? L’Eglise ne me demande pas l’impossible. Quand j’ai dit OUI, ce fut aussi avec ces quelques mots : AVEC LA GRACE DE DIEU….

Tout choix est don. Et je sais que mon célibat est signe pour le monde d’aujourd’hui. Et je sais qu’il n’est pas plus difficile à assumer que le mariage et l’accompagnement de ses propres enfants. Bien sur que nous connaissons de moments plus difficiles. Mais je ne crois pas que cela nous soit réservé. Il en est de même pour chacun et chacune d’entre nous.

Comme prêtre, tu seras le frère de tous et le père de quelques uns. Je cite encore cette parole du Père Fihey lors de mon ordination sacerdotale en juin 91. Depuis 20 ans, je rends grâce à Dieu d’avoir pu vivre cette double dimension de mon ministère. Frères de celles et ceux qui me sont confiés et avec qui je chemine, père de quelques uns parce que sans doute ai-je pu marquer tel ou tel d’une manière particulière, comme d’autres prêtres ont pu marquer ma vie de jeune et d’ado.

Non, nous ne sommes pas des hommes seuls !
Oui, nous sommes des hommes heureux. Et grand merci à l’Eglise d’avoir été le relais de ce qui reste, quand même et essentiellement, un appel du Seigneur à le suivre, jusque dans ce célibat choisi !

A mon prédécesseur….

Lorsque j’étais séminariste, nous nous demandions souvent comment se vivrait notre ministère dans les années à venir face à la chuite annoncée du nombre de prêtres. Et alors, 20 ans après ? Aujourd’hui, je suis curé. Deux prêtres sont mes auxilaires. Jeudi soir, lors de la galette des rois et les voeux de la paroisse, je leur disais :

Cette année fut aussi marquée par l’inquiétude quant à la santé de mes deux frères prêtres auxiliaires. Nous savons le combat qui est le votre,  vous savez l’amitié et le soutien qui est le notre. Et c’est dans ces moments là que nous mesurons qu’il nous faut servir le Christ et l’Eglise avec nos forces, mais aussi avec nos fragilités. Bon courage à tous les deux.

Concrètement, comment allons-nous faire ? Le corps sacerdotal est âgé, fragile, parfois malade. Daniel se bat pour retrouver la santé. Marcel, peu à peu, s’enfonce dans ce mal qui atteind son cerveau. Semaines après semaines, nous le voyons perdre ses capacités, y compris dans la célébration de la messe; nous le sentons aussi dans la souffrance parce que conscient qu’il ne peut plus excercer son minstère de pasteur qu’il a si bien rempli durant ces nombreuses années (par deux fois, je suis devenu son successeur, pouvant ainsi mesurer la marque qu’il laissait en partant !!)

Samedi soir, laissant les lumières de sa maison, sans fermer la porte, il est parti dans les rues de la ville. Son frère, son neveu, les prêtres de Granville, la soeur de la paroisse, tous nous nous sommes mis à le rechercher dans la nuit…, mais autant chercher une aiguille dans une botte de foin !! Nous le retrouvons finalement hospitalisé, ramassé par les pompiers dans une petite ruelle du vieux Granville.

Marcel doit être maintenant placé en maison spécialisée. Une nouvelle étape de sa maladie vient d’être franchie. C’est le coeur serré que je suis rentré de chez lui, dimanche, tant le mystère de cette maladie d’Alzeimer semble implacable.

Merci Marcel pour ce que tu as semé, et particulièrement à Condé Sur Vire et ici, dans la paroisse Notre Dame de la Baie. Je sens combien l’attachement des paroissiens est fort pour toi.

PS : Marcel est à droite sur la photo.

Belle année paroissiale à tous !!

Quelle belle semaine en paroisse ! Des qui rendent heureux un encore jeune curé.

Jeudi soir, ce sont plus de 100 paroissiens qui se sont retrouvés pour une galette des rois et les voeux de la paroisse. Occasion de porter un rapide regard sur l’année écoulée, de poser un autre petit regard sur demain, et surtout de dire merci à chacun pour son engagement, quel qu’il soit, au service de la communauté paroissialle. Joie et simlplicité de cette rencontre, joie de se retrouver de chacune des communautés qui composent la paroisse Notre Dame de la Baie.

Une semaine également de mise en place du chantier qui m’occupe ces jours : la naissance prochaine d’un nouveau journal paroissial. « En Eglise au Pays de la Baie » va voir le jour fin mars. 4 numéros par an qui seront distribués dans toutes les boites aux lettres de la paroisse. Un nouveau chalenge missionnaire !! En début de semaine, le Conseil Pastoral a réflechi avec enthousiasme au pojet de charte rédactionnelle, le lendemain, de nombreuses bonnes volontés sont venues pour la mise en place d’un réseau de diffuseurs (ce n’est pas le tout d’avoir un nouveau journal, encore faut il le dsitribuer partout !) Un référent par commune a été trouvé, reste maintemant à organiser le quadrillage.

Et hier soir, après la prière oecuménique à ST Nicolas de Granville, mes paroissiens, un peu déçus ne n’avoir pas été acceptés pour le repas, m’ont proposé un petit resto en ville. Voilà donc une belle semaine qui s’achève de manière improvisée autour d’une pizza sur le port de Granville.

Il fait bon d’être curé en bord de mer !!!

Nowell !!

Qui me connait sait combien j’aime/j’aime pas cette période de l’année ! La nuit tombe vite, les journées sont sombres, c’est la courses effrénées aux courses, cadeaux en tout genre et foie gras à tous les repas !

Les préparatifs vont bon train en ce temps de l’Avent. Il faut mettre au point les célébrations de Noël. Une même trame pour toutes les communautés mais qui doit pouvoir s’adapter aux compétences et savoir faire de chacune. Qui animera, quels figurants pour le mime (tout simple), quels chants…. ? Et plusieurs réunions/coup de fil/mail/ plus tard, le jour J arrive. Pour ma part, deux célébrations : dans le froid de Jullouville (chauffage en panne) et dans la tièdeur toute relative de St Pair (chauffage qui décidement a bien du mal à chauffer !!). Eglises pleines, tout plein d’enfants et de familles à 18h00, un peu moins à 22h30, c’est la tendance actuelle !!

Entre temps, il a bien fallu répondre au journaliste, et lui dire combien Noël était une fête formidable, extraordinaire !!

Et le jour tant attendu arrive : le lendemain de Noël ! Bon je dois reconnaitre que j’ai passé d’excellents moments, entre les amis cherbourgeois, saint lois et coutançais, j’ai pu revoir tout plein de monde…

Alors, à l’année prochaine !!!

Un dimanche en paroisse

Dimanche matin, 9h00, je pars sous la pluie pour rejoindre la communauté  de Carolles, à l’autre extrémité de ma paroisse. Que vais-je y trouver ? Ce matin, c’est un messe commémorative pour la guerre d’Algérie. Une messe demandée par les associations du canton de Sartilly (ma paroisse est sur deux cantons !)

Portes drapeaux, anciens avec toutes leurs médailles, un maire et un président de la communauté de commune, un commandant de Gendarmerie et…. un clairon. Je jouerai un petit morceau à l’élévation, Mr le curé !! Euh…. oui, si vous voulez ! L’important dans ces moments est de  ne pas se laisser gagner par un fou rire. Le morceau était-il adapté ? En fonction de ce que chantaient certains anciens après la messe, j’en doute ! Mais bon, le Seigneur accueille la prière de chacun !

Ensuite, direction St Pair pour la messe de 11h15. Là, c’est la première messe avec le nouvel estrade, tout neuf, fini de la veille au soir. Un espace liturgique plus grand, plus clair… Tout le monde semble content. Nous attendons maintenant le nouveau mobilier.

Histoire de cloches

Depuis mon arrivée à Saint Pair, un petit regret : les cloches de l’église ne sonnaient que l’heure et la demi heure. Aucun autre tintement….

Et dimanche dernier la pluie ayant copieusement arrosé l’intérieur de la flèche…. plus de son !

Ce matin, j’ai profité de la présence du technicien de l’entreprise Biard qui s’occupe des cloches pour faire remettre en route les 1/4 d’heure, très jaloux de ne plus fonctionner depuis si longtemps !! Après concertation avec Monsieur le Maire, St Pair entendra désormais quelques tintements supplémentaires.

Rallye, cru 2010 (crue ??)

Pendant que Granville était noyée sous une crue (un objet de chantier sur le port bloquait l’évacuation des eaux en folie….) les jeunes de l’AEP vivaient le cru 2010 du Rallye d’automne, à St Pair.

Et c’est en tant que curé du lieu et aumônier diocésain des Aumôneries du Public que j’ai eu la joie d’accueillir ces 200 jeunes et leurs animateurs et de les voir courir dans tous les sens toute la journée dans le bourg.

Joie de les voir si nombreux
Joie de voir leur réalisation : cette année, des portes ! Porte de voiture, porte de chambre, porte de meuble, porte de saloon, porte vers les rêves… il y en avait de tous les styles !
Joie de passer entre les gouttes, puisque même le soleil a été de la partie (et pourtant, jusqu’à 10h00, le déluge qui nous tombait dessus ne laissait rien présager de bon !!),
Joie de se retrouver, de tout le diocèse, en famille, comme sait si bien le faire l’AEP,
Joie de célébrer avec une église remplie de jeunes, avec un clergé nombreux et des paroissiens venus nous rejoindre en cette heure si inhabituelle du milieu d’après midi…
et joie de passer une bonne nuit. Ouf, tout s’est bien passé.
Merci à tous ceux qui ont donné un sacré coup de main : animateurs et surtout trices de partout et du pays de Granville, les bénévoles de la Saint Pairaise, les paroissiens, mes fillots, Florian… et not’ chef, Marie Emmanuelle !!!!!

Rendez-vous pour le cru 2011 !!