Archives de Catégorie: Au fil des jours

Imposer les mains

Je rencontre son papa et sa maman au milieu du chantier de la Maison Paroissiale. Le baptême est prévu le lendemain. Timothée a 1 mois et demi. Il est la joie et la fierté de ses parents, il est promesse d’avenir, il est la vie fragile et naissante. Je vais lui imposer les mains au coeur du sacrement du baptême qu’il va recevoir.

Aussitot après, je vais rendre visite à Gaby, 84 ans. Une figure Saint Pairaise, un pilier de la vie paroissiale. Elle est entrain de préparer son grand passage « pas facile de mourir » dira-t-elle à l’une de ses visites. Allongée sur son lit de douleur, elle est promesse de vie éternelle, elle est la vie fragile et renaissante. Là aussi, je vais lui imposer les mains au coeur du sacrement des malades qu’elle désire recevoir. Elle semble dans la paix, prêt à l’ultime rencontre avec le Créateur, Notre Père.

Elle qui fut lumière pour tant et tant : sa famille si nombreuse, en premier lieu, mais aussi les paroissiens et tous ceux qu’elle rencontrait, elle semble s’éteindre tout doucement. C’est ainsi qu’elle est partie la nuit dernière. La petite lumière s’est éteinte, mais nous savons que c’est pour briller à nouveau dans le feu nouveau de la vie éternelle.

A Timothée comme à Gaby, j’aime souhaiter un bon voyage !

Vais-je oser entrer ?

Il est là, errant quelque part sur notre terre Manchoise, avec sa pierre, prêt à la déposer pour la construction de l’édifice.

Au loin, il distingue bien de la lumière et des cris joyeux. Alors il s’approche. Certains sont déjà dans la Maison. La plupart s’y sentent un peu comme chez eux, les derniers arrivés semblent plus intimidés, ne comprenant pas d’emblée tous les codes et les rites de cette famille.

Alors il approche. Il hésite. Il fait deux pas en avant et trois en arrière.

    Vais-je oser entrer ?

    Vais-je être accueilli avec mes doutes et mes inquiétudes ?

    Vont-ils me laisser un peu de place ?

     Accepteront-ils ma pierre ?

Bon, j’y vais. Je franchis la porte. Après tous, je suis un peu comme eux, ceux qui sont déjà entrés, et les autres qui, comme moi sont encore sur le seuil.  J’entre dans cette maison.

Moi aussi aujourd’hui, j’aimerai en être une pierre vivante.

Rencontre avec le Créateur

Prêtres, peut-être plus que d’autres, nous vivons souvent le grand écart dans notre accompagnement de la vie de celles et ceux que nous cotoyons. En l’espace de 24 heures, ce dimanche, je l’ai encore vécu. J’ai gardé des liens avec Cherbourg : connaissances et amis. Samedi, rentrant tout juste d’une retraite en silence de 6 jours, je baptisai la petite fille de paroissiens cherbougeois devenus Saint Pairais. Jour de fête : quel bonheur de vivre de tels baptêmes dans la joie de sentir des familles réellement concernées et convaincues dans leur démarche. Moments intenses…

Et puis dimanche, partant pour le rassemblement des Aumôneries, j’apprends le décès de Mamie Christiane, maman et grand mère d’amis Cherbourgeois. Prendre le temps de partager ces moments avec eux, improviser une petite prière au funérarium, et préparer avec la célébration de la Pâque de leur mamie. Moments intenses, eux aussi …

Mais voilà, vie et mort sont liées. Elles sont commencement et aboutissement de notre vie terrestre. Elles sont l’Alpha et l’Oméga de notre histoire d’Alliance avec notre Créateur, Dieu et Père. Que Marie-Gabrielle découvre cette tendresse de Dieu dans laquelle, désormais, repose Mamie Christiane.

Votre curé vous parle…

Ne pouvant être à la fois à présider la messe d’entrée en Avent de ma communuaté paroissiale et au rassemblement diocésain de l’AEP, à la demande de mon frère prêtre auxiliaire, j’ai laissé ce petit message, en guise de souhaits pour une bonne année !!

« Alors voilà que vous avez un curé qui essaie de résoudre une drôle d’équation : être au même moment en deux endroits différents ! Et de tout temps, nous savons que, c’est impossible !Porter deux (même trois) casquettes amène parfois des conflits d’agendas pour des ministères différents. Ce dimanche, c’est le rassemblement diocésain des collégiens des aumôneries de l’Enseignement Public ce qui  m’empêche d’être à St Pair ce matin !Et donc, n’ayant pas ce don d’ubiquité, je me permets, par la voix de mon frère prêtre Daniel, de vous adresser quelques souhaits.Les premiers mots du Christ à notre égard en ce début d’année sont clairs :

« Prenez garde, Veillez ! »

Dans les versets qui précèdent ceux que nous venons d’entendre, Marc nous parle de la venue du Fils de l’homme : « On verra le Fils de l’homme venir, entouré de nuées » Bien sur, en citant l’Apocalypse, l’évangéliste nous parle de ce retour définitif que nous espérons tous lors de la fin des temps. Mais ne nous trompons pas, cette venue, elle est pour maintenant, dans l’aujourd’hui de nos vies.

Dans un mois, nous ne célébrerons pas la venue du Fils de l’homme pour la fin des temps. Nous célébrerons sa venue dans notre vie, dans notre temps, dans notre monde. « Prenez garde, veillez… »

Dans ce monde fou qu’est le nôtre, monde d’affrontements, d’enlèvement, de crise, de tensions, il nous faut être ces veilleurs qui rappellent qu’une espérance est possible, qu’une espérance est là.

Prenons garde de ne pas céder au découragement,

Prenons garde de ne pas unir nos voix aux hurlements des loups,

Prenons garde de ne pas perdre la Foi !

Le Fils de l’homme va venir dans toute sa puissance. Oui c’est vrai. Mais ce sera dans la fragilité d’une crèche. Voilà comment se manifeste sa toute puissance. Et de même lors de sa Passion : c’est sur la Croix qu’il affirmera la toute puissance de son amour et de sa Royauté ! C’est dire qu’il faut sans cesse exercer notre vigilance, notre veille, pour savoir le reconnaître et pouvoir l’accueillir.

Alors faites attention, Marc le répète avec insistance : le maître arrivera à l’improviste. « Il peut vous trouver endormis »

Et si les vœux que nous échangions en ce début d’année nous encourageaient à ne pas nous endormir !!

Ne pas nous endormir sur la Parole du Seigneur. Une Parole à lire, méditer, savourer, seul ou en groupe : n’ayez pas peur de vous lancer dans des groupes de partage « St Marc » !

Ne pas nous endormir sur l’attention aux autres. Que nous sachions donner notre parole, notre sourire, nos mains pour soulager ceux qui souffrent. Rappelons-nous l’évangile de dimanche dernier : Matthieu ne dit pas que tout ce que nous faisons au plus petits, aux plus souffrants d’entre nous, c’est comme si nous le faisions au Seigneur. Non, c’est au Seigneur lui-même que nous le faisons !

Ne pas nous endormir sur notre mission d’annoncer la Bonne Nouvelle. En parole, en acte, notre monde, notre paroisse a besoin d’entendre la douce musique de l’Evangile.

Alors quelque soit l’heure, le soir ou à minuit, au chant du coq ou au matin, demeurons des veilleurs, passionnés de l’Evangile, passionnés de Dieu, passionnés des hommes !

Permettez-moi alors de plagier les derniers mots de St Marc :

Ce que je vous dis là, je le dis à tous : bonne et sainte année. Veillez ! »

Jours de joie…..

Joie de voir les projets avancer,
Joie de voir les paroissiens se mobiliser pour diffuser le futur canard paroissial,
Joie de voir l’équipe de rédaction mettre au point le numéro 1,
Joie de voir parents et enfants heureux et impliqués dans le dimanche d’initiation,
Joie de se retrouver pour l’eucharistie dominicale dans la foulée de cette rencontre,
Joie de voir un jeune de l’aumônerie amener un copain non baptisé avec tout plein de questions,
Joie du partage des conseils de communauté,
Joie de l’amitié et de la confiance qui peu à peu se tissent et prennent de l’ampleur….

Bienheureux JP2

Comme pour beaucoup, Jean Paul II aura marqué mon adolescence et mes premières années de ministère.

Je me souviens du jour extraordinaire de son éléction.  Je devais être élève en 3ème, et nous attendions avec beacoup d’interêt cette fumée blanche. Et la « croix se lève à l’est » ! Dans le contexte de l’époque, c’était un signe prophétique d’une force incroyable.

Puis il y eut la Pologne, et la liesse populaire lors du retour de ce pape dans son propre pays, commençant à faire trembler les régimes politiques de l’autre côté du mur.

Ce fut aussi ce tragique 13 mai avec l’attentat Place St Pierre. Entre espoir et incompréhension, les médias de toute la planète nous faisaient vivre ces moments en direct. Je me souviens avoir ainsi échappé à un cours particulier de math !

Jean Paul II, c’est pour moi aussi sa venue en France. J’étais Pionnier et faisais partie d’une haie d’honneur au sortir de la basilique de Lisieux. Ce furent les JMJ. Ce fut cette figure si médiatique et si présente jusqu’à son dernier souffle.

Là encore, quels moments impressionnants avons-nous vécus !Sa mort en direct allait nous laisser orphelin. C’est en plein coeur de la Marche Pascale qui nous réunissait à Condé Sur Vire que nous avons appris la nouvelle. 21h38. Je me souviens de l’étonnement des jeunes de nous voir (nous les prêtres et les animateurs) si touchés par ce départ. Sans doute ne mesuraient-ils pas combien il avait pu marquer l’Eglise, n’ayant comme image de lui qu’un vieillard souffrant.

Etonnement le dimanche que de voir les drapeaux de la ville de Cherbourg en berne, étonnement d’avoir été interviewé sur NRJ, étonnement d’avoir reçu d’un petit musulman, élève du collège St Jo des condoléances : « pour ton pape qui est mort !! » L’envie de partir à Rome me prit alors, mais les directeurs des ecoles catholiques voulaient que l’on marque l’évènement. Sans doute la seule fois où j’ai eu à célébrer avec autant de jeunes dans l’église du Voeu archi-comble. Emotion.

Aujourd’hui, j’apprends la nouvelle : Jean Paul II sera béatifié le 1er mai prochain. Merci Seigneur d’avoir donné un tel pasteur à ton Eglise.

Digital Native

Non ce n ‘est pas un nouveau groupe pop catho à la mode. Nous sommes sur un nouveau continent. Le Continent Digital. Et contrairement à la vraie (?) vie, ce sont les plus jeunes qui en sont les natifs : on vous appelle Digitals Natives. Vous tous, jeunes qui êtes nés une souris d’ordinateur à la main et un disque dur quelque part dans le cerveau. Et du coup, c’est vous qui devenez nos maîtres et nos formateurs, nous les Digitals Immigrants qui devons tout apprendre de ce Nouveau Monde si exaltant !

Et donc, je pianote sans jamais avoir fait de musique, je surfe sans être sportif, j’adore me balader sur la toile, alors que dans ma maison, je n’aime pas trop voir les araignées gagner du terrain.

Je tachte, je twitte, j’ai des amis qui sont des amis sans être (tous) vraiment des amis, Prions en Eglise est sur une application de mon Iphone, je « reseautte », je me connecte, j’achète et je vends et parfois même je beugue… Bref, comme les missionnaires partant à l’autre bout du monde pour porter l’évangile, il me faut, moi aussi, apprendre un nouveau langage, entrer dans une culture qui ne fut pas celle de mon enfance.

Et du coup, modestement, avec d’autres, j’essaie de me frayer une place sur ce Continent passionnant. A quand une paroisse Notre Dame de la Toile ou Saint Paul le Webmaster ?

Noël sur le continent numérique

No

Nouvelle année !

Qu’elle soit belle pour chacune et chacun de vous !

Une nouvelle année qui commence, pleins de projets et de rêves dans la tête et le coeur.

Pour ma part, cette année sera marquée par l’anniversaire de mes 20 ans ! Et oui, le 23 juin 1991, je recevais l’ordination des mains de Mgr Jacques FIHEY. Ce sera sans doute l’occasion sur la paroisse de faire une fête des vocations. Deux autres prêtres fêtent un jubilé : 60 ans de sacerdoce pour l’un, 50 pour l’autre !!

Et puis quelques projets paroissiaux vont avancer : l’aménagement du choeur de l’église de St Pair se poursuit. Celui de Jullouville verra une nouvelle sono. Janvier devrait voir arriver un mobilier liturgique tout neuf. Un nouveau journal paroissial va voir le jour en Mars : « En Eglise au Pays de la Baie ». Le permis de construire pour l’aménagement de l’accueil paroissial est déposé. J’espère des travaux avant l’été….

Après, c’est promis, faudra se calmer !

Banque

Aujourd’hui Eric Cantona nous demande d’aller retirer tout notre argent de nos banques. Il a annoncé pour sa part un geste symbolique fort : il va lui-même retirer…. 1 500 € de sa banque !!!! Son argent de poche pour les 2 prochains jours ???

Moi je vais en profiter pour aller déposer deux petits chèques !